À propos de l’association

Sud-ouest du Portugal

110 km de côte sauvage

Ce sont 110 km de côte sauvage et près de 75 000 hectares d’aire protégée, insérés dans le Parque Natural do Sudoeste Alentejano e Costa Vicentina (Parc Naturel du Sud-ouest Alentéjan et de la Côte Vicentine). Ce parc est constitué par un ensemble d’habitats variés dont certains sont encore peu altérés et où l’on trouve diverses espèces de plantes endémiques et un grand nombre d’espèces animales, en particulier amphibiens, oiseaux et faune marine.

Bordant deux régions portugaises d’une singulière beauté, cette côte allie le romantisme et la tranquillité de l’Alentejo au caractère sauvage de la seule partie véritablement authentique du littoral de l’Algarve. La nature, la ruralité, l’authenticité ainsi qu’un climat doux et tempéré, bénéficiant de plus de 300 jours d’ensoleillement par an, font de cette région une destination incontournable pour les amoureux du tourisme de nature.

Lorsque nous arrivons au sud-ouest du Portugal par la mer, nous découvrons de hautes falaises dont la roche très ancienne est de couleur sombre sur la côte de l’Alentejo (schiste et grauwacke) et claire sur la côte de l’Algarve (calcaire). Cette roche du plateau côtier est recouverte d’une fine couche de sédiments, propice à toutes sortes d’habitats et d’espèces singulières.

Les fleuves et les rivières creusent ce plateau de vallées profondes aux pentes couvertes de maquis méditerranéen pratiquement vierge. Poursuivant vers l’intérieur des terres, nous accédons à la partie montagneuse dont les plissements rocheux se sont formés au cours des collisions tectoniques continentales. Les forêts de chênes et de pins et les affleurements rocheux sont dominants sur les pentes de cette montagne peuplée de grands rapaces et autres carnivores aux habitudes nocturnes.

Le sud-ouest du Portugal bénéficie de l’un des meilleurs climats au monde et cela depuis des milliers d’années… Pour preuve, la région fut, durant les dernières glaciations, un refuge pour de nombreuses espèces de la faune et de la flore. Beaucoup d’entre elles sont encore présentes aujourd’hui, les populations les plus proches se trouvant à des centaines de kilomètres de distance. On rencontre également dans le sud-ouest du Portugal de nombreuses espèces endémiques, c’est-à-dire que l’on ne voit nulle part ailleurs dans le monde.

Les hivers sont courts et jamais très froids, mais il pleut suffisamment durant cette période pour fertiliser la terre pour les neuf mois où le soleil règne en maître. La diversité des habitats témoigne de l’harmonieuse cohabitation entre l’homme et la nature depuis la préhistoire. Il est possible d’explorer les roches laissées à découvert à marée basse (qui abritent des étoiles de mer, des oursins, des pouces-pieds et des bulots…), les falaises sombres de l’Alentejo (où nidifient les cigognes, les faucons, les martinets, les corneilles et les rouges-queues…), les falaises blanches de l’Algarve (où l’on trouve des empreintes de dinosaures, des fossiles de coraux et des grottes sombres aux créatures fantastiques), les dunes (où poussent des plantes rares et endémiques, d’autres aromatiques et médicinales…), l’embouchure des fleuves et des rivières (où se reproduisent poissons, mollusques et crustacés), les plateaux côtiers (où l’on observe les migrations de milliers d’oiseaux en automne, parmi lesquels les grands oiseaux planeurs), les mares temporaires (où vivent des crustacés préhistoriques et presque tous les amphibiens que l’on trouve au Portugal), les vallées encaissées (avec leurs chênes portugais, leurs lianes et leurs arbustes à baies colorées), les rivières d’eau limpide (où la loutre est reine), les forêts de pins et de chênes-lièges (où abondent les sangliers et où l’on peut cueillir des champignons et des asperges sauvages), mais aussi les milieux modifiés par l’homme, où la biodiversité est encore remarquable – les dehesas de chênes-lièges, les prés, les vergers et les oliveraies…

Dans les villages, les habitants sont non seulement accueillants mais ils préservent aussi des traditions séculaires qui concernent par exemple le liège, le vin, le miel, l’huile d’olive, la tapisserie, la poterie ou la pêche.

Les monuments les plus grandioses que l’on rencontre sur la Rota Vicentina sont des monuments naturels, mais l’histoire de l’humanité est présente à travers de nombreux vestiges archéologiques, dans des lieux sacrés pleins de mystères ou dans des forts qui combattaient les pirates. On a même découvert une inscription que personne n’a encore pu déchiffrer, gravée sur des plaques de pierre vieilles de plus de 2500 ans !

Quand
visiter

Les mois de septembre à juin sont les plus recommandés pour parcourir la Rota Vicentina. Le Sud-Ouest du Portugal a un climat méditerranéen avec une forte influence atlantique ce qui garantit des températures douces toute l’année.

OPendant les mois d’automne, les températures sont en général plus agréables en mer et l’intensité du vent diminue considérablement.

En hiver, les températures ne descendent pas en dessous des 11ºC en journée. Cette période de l’année étant généralement la plus pluvieuse.

 À partir du mois de mars les journées ensoleillées se glissent entre les journées pluvieuses et les températures commencent à grimper. Le printemps, avec un paysage qui renait et l’ intensité des couleurs et des aromes, est une des meilleures périodes de l’année pour visiter la région.

Comment s’y rendre

Située entre Lisbonne et l’AIgarve, la région est desservie par les aéroports de Lisbonne et de Faro. Il est donc possible de se rendre dans les principales localités du sud-ouest en voiture, en train ou en autocar.

L’accès à Sines ou Lagos est facilité par les autoroutes ou les voies rapides, alors que les itinéraires régionaux suivent des routes secondaires et quelque peu sinueuses, traversant des paysages d’une beauté remarquable.

Si vous préférez venir effectuer votre randonnée sur la Rota Vicentina sans prendre votre voiture, vous pourrez vous y rendre en train ou en autocar et compter sur les services de taxis ou de transferts fournis par divers opérateurs touristiques.

Mais si vous souhaitez alterner vos journées de randonnée avec d’autres consacrées à parcourir librement de plus grandes distances, nous vous suggérons de venir en voiture.

EN AVION

La région est desservie par les aéroports de Lisbonne et de Faro. L’aéroport de Lisbonne est idéal pour atteindre la partie nord de la région et celui de Faro la partie sud, bien que les options de transport et les possibilités d’accès soient plus souples et plus complètes à partir de Lisbonne. Il y a des vols vers Lisbonne et Faro depuis les principales capitales d’Europe.

EN VOITURE

De Lisbonne

À partir de Lisbonne, empruntez l’A2/A12 ou l’IC1 en direction de “Sul/Algarve”. Sur l’A2, prenez soit l’IP8 en direction de Sines puis Odemira et Porto Covo, soit l’IC1 à la sortie “Beja/Ferreira” en suivant la direction “Algarve/Ourique” puis, plus loin, “Alvalade/Cercal/ Lagos”, ou “Odemira/OESTE”. Depuis Faro, prenez l’A22 ou passez par la route nationale 125 jusqu’à Lagos-Bensafrim, d’où vous pourrez continuer par la route nationale en direction de Carrapateira ou Aljezur.

EN TRAIN

É sem dúvida o meio de transporte mais ecológico, eficiente e confortável para chegar ao Sudoeste, tendo a desvantagem de ficar um pouco longe da costa. Aproveite para ficar uma ou mais noites perto da Barragem de Santa Clara e comece a sua travessia pelo lado menos conhecido da região.

De Lisboa

Partida de Lisboa-Entrecampos ou Lisboa-Oriente em direcção a Ermidas-Sado (+/- 1h30m), Funcheira (+/- 1h50m), São Martinho das Amoreiras (+/- 2h00m), Santa Clara-Sabóia (+/- 2h15m), 3 vezes por dia entre as 10h e as 17h. Ver horários.

De Faro

Partidas de Faro em direcção a Lagos (+/- 1h45), 9 vezes por dia entre as 7h e as 20h, de onde deverá apanhar um autocarro para o destino escolhido. Ver horários.

Partidas de Faro em direcção a Santa Clara-Sabóia (+/- 1h), São Martinho das Amoreiras (+/- 1h30m), Funcheira (+/- 1h45) e Ermidas-Sado (+/- 2h), 4 vezes por dia entre as 7h e as 17:40h. Ver horários.

Da estação ao litoral

A estação ferroviária de Ermidas-Sado está a 30 km de Santiago do Cacém. De Odemira à Funcheira são 36 km e a São Martinho das Amoreiras, 31 km. Santa Clara-Sabóia a 27 km S. Teotónio. (Ver tabela de distâncias na região)

Para a deslocação até ao litoral, poderá optar entre um dos nossos táxis parceiros (+/- 1€/km), serviço de transfere prestado pelo alojamento escolhido, ou pela Rodoviária do Alentejo, durante a semana, de Segunda a Sexta (ver horários entre Santa Clara-a-Velha / Sabóia e Odemira e entre Ermidas e Santiago do Cacém).

EN AUTOCAR

Esta é a forma mais directa de chegar a qualquer ponto da Rota Vicentina. A Rede Expressos tem autocarros confortáveis e com wi-fi gratuito, sendo a única desvantagem percorrer alguns km de estradas sinuosas e despender mais 1-2 horas do que em carro próprio.

De Lisboa

Partida de Sete Rios em direcção a qualquer uma das principais localidades da região (Santiago do Cacém – 2h20; Porto Covo – 3h; S. Teotónio – 4h20m ou Aljezur – 5h). Conforme o destino escolhido há várias horários disponíveis e todas as carreiras têm paragem nas principais localidades do Sw, começando por Santiago do Cacém, onde tem início o Caminho Histórico, ou Porto Covo, onde tem início o Trilho dos Pescadores – a norte. Escolha o seu local de partida e o seu destino e programe a sua viagem. Ver horários.

De Faro

Partidas entre as 8h00 e as 17h25 em direcção a Lagos (2h10), pela EVA Transportes. De Lagos, ligações nacionais com a Rede Expressos e locais (EVA Transportes), para o Cabo de S. Vicente, Sagres e Vila do Bispo, Aljezur, Rogil e Odeceixe. Ver horários.

TRANSFERTS - PASSAGERS ET BAGAGES

Sur la page “Transports” de notre site web, vous trouverez les taxis du réseau des entreprises partenaires de Rota Vicentina, qui vous permettront de profiter de la région en toute quiétude et avec une plus grande souplesse.

Start typing and press Enter to search

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
X